fernando pésoa

Publié le 11 Septembre 2013

j'ai lu il y a bien longtemps "le livre de l'intranquillité" et j'avais déjà décelé le coté mystique de ses écrits, ils trouvent aujourd'hui un écho en moi.

le plus apaisant des écrivains troublés, celui qui a poussé la mélancolie à son paroxysme, il est celui dont le nom est personne et l'identité multiple, un rêveur à la tristesse constante et au dégout toujours proche de l’émerveillement,

et surtout ne pas savoir ni ce que nous sommes, ni ce que nous éprouvons, s'en remettre à la seule sensation, souvent bien douces comme celle ressentie en regardant derrière la vitre de sa fenêtre les rues de Lisbonne après la pluie.

pour Pésoa nous devons sentir au lieu de penser car la pensée qui raisonne et analyse, ne conduit à rien et ne fait que tourner sur elle-même…"seuls ceux qui ne pensent jamais parviennent à une conclusion. penser c'est hésiter"

L'essentiel c'est qu'on sache voir,
qu'on sache voir sans se mettre à penser,
qu'on sache voir lorsque l'on voit,
sans même penser lorsque l'on voit
ni voir lorsque l'on pense.

Ne penser à rien,
c'est avoir une âme à soi et intégrale.
Ne penser à rien,
c'est vivre intimement
le flux et le reflux de la vie...

fernando pésoa

et cela me rappel de texte d'Eckart Tolle:

“Many people live with a tormentor in their head that continuously attacks and punishes them and drains them of vital energy. It is the cause of untold misery and unhappiness, as well as of disease. The good news is that you can free yourself from your mind. This is the only true liberation. You can take the first step right now. Start listening to the voice in your head as often as you can. Pay particular attention to any repetitive thought patterns, those old gramophone records that have been playing in your head perhaps for many years. This is what I mean by
‘watching the thinker,’ which is another way of saying: listen to the voice in your head, be there as the witnessing presence.

and the most important is: you are not the voice in your head"

fernando pésoa

Rédigé par Tess

Commenter cet article